top of page
  • evelyneseignez

Stop au sauveur!



Chaque fois que vous ressortez d'un échange avec un émotionnel désagréable (goût amer suite à la discussion, frustration, tension, ...), vous étiez probablement en train de jouer au triangle de Karpman sans vous en rendre compte!


Le triangle de Karpman, aussi appelé triangle dramatique dans l'analyse transactionnelle, il est composé de 3 piliers:

  • le sauveur

  • la victime

  • le bourreau


Dans les interactions non équilibrées, nous jouons tour à tour l'un et/ou l'autre de ces rôles de manière consciente ou inconsciente.


Une fois qu'on découvre les différents aspects de ces 3 rôles, on prend conscience qu'il n'est sain pour personne d'être dans l'un de ces rôles puisqu'être dans ce triangle correspond à être le jouet et/ou devenir l'acteur de jeux psychologiques de manipulation. 


=> Autant être attentif de toute tentative consciente ou inconsciente de se faire manipuler et/ou de vouloir manipuler l'autre, qu'en dites-vous?


Regardons plus en détail le sauveur, les deux autres seront abordés les mois prochains:

Le sauveur tend à apporter toute aide à une prétendue considérée victime, victime qui ne lui a au départ clairement verbalisé aucune aide.


Une victime se sent généralement impuissante et irresponsable et peut par exemple dire "je n'y arrive pas"/ "j'en ai marre, ça n'arrive qu'à moi" et le sauveur peut foncer à son secours. Pourtant dans ces expressions avez-vous entendu la moindre demande d'aide? Oui je sais, c'est subtil.


Même si l'intention du sauveur "peut" sembler positive, il tend à maintenir la victime dans sa posture de victime et dans son ressenti d'être incapable de se sortir seul.e d'affaire.

Et il risque d'avoir son ego qui gonfle en se sentant indispensable aux autres.


Si vous prenez maintenant conscience que vous êtes parfois dans la posture de sauveur, c'est ok! ça nous arrive à tous! Simplement il est important de réaliser qu'il n'est sain pour personne d'être dans cette posture-là, ni pour moi, ni pour l'autre.


Et comment faire pour sortir de la posture de sauveur? Voici quelques pistes de réflexion:


  1. Prenez déjà conscience des moments où vous sautez au secours de votre enfant, collègue, conjoint sans que ceux-ci aient exprimé la moindre demande d'aide!

  2. Accueillez-vous avec humour pour cette réaction (l'humour aide à dédramatiser)

  3. Questionnez-vous sur ce qu'il s'est passé et ce qu'il aurait été peut-être été plus approprié de faire pour favoriser l'autonomie de la personne en question. Plus vous le ferez sur des situations passées, plus cela vous aidera au futur.

  4. Proposez avec des questions ouvertes et/ou fermées à la personne de regarder différemment la situation et de lui donner l'opportunité éventuellement d'exprimer une demande d'aide claire: "De quoi as-tu besoin pour résoudre cette situation?", "Comment pourrais-tu avancer dans ta situation?", "De quoi aurais-tu besoin de ma part dans cette situation?", "Souhaites-tu mon avis?".

  5. Sur des aides avec une durée, il est important de favoriser l'autonomie en énonçant un délai pour lequel vous accordez votre aide, par exemple le transfert d'une compétence. => Il est important que ce soutien ait un début et une fin, sinon une dépendance se crée. 


=> A vous de sortir du sauveur maintenant :-) et rappelez-vous, faites-le avec humour, c'est toujours plus facile et léger!


NB. Merci à Austris Augusts sur Unsplash

 

14 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page