top of page
  • evelyneseignez

Se taire ou parler?




Dans certaines situations, nous regrettons d'avoir parlé ou réagi avec nos émotions, dans d'autres nous aurions voulu être capables de nous exprimer alors que nous nous sommes tus pour n'avoir pas osé ou trouvé les mots.


Quand être sûr(e)(s) que nous avons la bonne posture, juste pour soi? Quel est le guide intérieur qui peut nous y aider?


Notre système de guidance émotionnelle bien sûr! Et oui, toujours lui!


Si je parle et dis ce que je ressens mais que c'est ma peur (ou un de ses dérivés) qui s'exprime, alors je sais que je ferais mieux de me taire. J'aurais alors d'abord besoin de libérer mes émotions et de clarifier ce que je ressens sur le sujet abordé.


Si je me tais par peur de donner mon point de vue ou par peur que mon interlocuteur m'apprécie ou me respecte moins, par peur de lancer un débat, voire de créer un conflit, de la même manière, il sera utile pour moi de libérer mes peurs avant de clarifier si c'est important pour moi de m'exprimer sur ce sujet.


Si je parle ou que je me tais en sentant que c'est par amour pour moi que je le fais, alors je suis en phase avec qui je suis et qui je veux être à l'intérieur.


Est-ce que je veux donner mon avis pour prouver que j'ai raison, parce que mon ego a besoin de marquer ce point ou parce que mon coeur ressent qu'il est important que je partage mon point de vue, peu importe si l'autre l'approuve, me donne raison ou non. La notion de lâcher-prise sur le résultat va donc être l'élément décisif.


Si par exemple mon interlocuteur est tellement convaincu que la terre est plate et non ronde, est-ce utile pour moi que je dépense de l'énergie à le convaincre alors que je sens bien que tous les faits probants que je pourrais lui présenter ne le persuaderont pas qu'il a tort et moi raison. Peut-être mon coeur me fera sentir que c'est plus juste pour moi de lâcher prise et accepter que l'autre pense cela. Ma vérité n'est pas forcément la vérité. Les illusions d'optique sont de belles manières de représenter cette idée. Si je regarde l'horizon, je peux concevoir que mon interlocuteur soit de cet avis.


Il est tellement reposant de ne pas chercher à prêcher un convaincu, je vous invite à essayer!


En conclusion, je vous propose ce mois-ci d'observer les situations où vous êtes en interaction et de vous poser la question suivante: "Est-ce que j'ai parlé ou me suis tu par amour ou par peur pour moi?"

La prise de conscience est toujours le premier pas!


Plus on agit par amour pour soi, plus on se sent mieux. Cela semble tellement logique et évident, et si nous le faisions plus?:-)



NB. Un grand merci à Natasha Miller pour cette très jolie photo: c'est une pie bavarde:-)

43 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page