top of page
  • evelyneseignez

Comment favoriser développement de talents et motivation?

Dernière mise à jour : 5 mars

Le mois dernier, j’ai lu le livre Penser comme un moine  de Jay Shetty (qui, pour les curieux, suggère d’ailleurs des questions intéressantes de développement personnel). Et coïncidence amusante, la même semaine, un coaching avec un client m’a interpellée en relation avec ce que je venais de lire. 


Parfois dans les organisations, on tend à mettre les personnes là où elles ont les compétences. Si elles souhaitent changer pour quelque chose de différent, le management ne va pas toujours soutenir leur demande parce que cela peut nécessiter de la remplacer là elle est présentement et peut-être parfois aussi de la former en partie sur ce nouveau poste. L’organisation va voir le côté utile et pratique que la personne rend service où elle est.


Un grand risque est alors que la personne se démotive de plus en plus et quitte l’organisation qui ne soutient pas son souhait d'aller vers ce qui la passionnedavantage.


Et oui, car cette organisation oublie que plus une personne aime ce qu’elle fait, plus elle va briller. Briller non au détriment des autres, mais pour le bénéfice d’elle-même, de son équipe et de l’organisation. En anglais, nous pourrions utiliser le mot thrive qui veut dire prospérer et s'épanouir/fleurir.


Sa motivation pourra s’appuyer sur une base fondatrice de ce qui la met en joie. A votre avis, dans quoi est-on le plus performant de manière durable ?


Là où nous sommes compétents ? Ou là où nous sommes compétents et passionnés ? 


A ce propos, je développerai les facteurs de motivation et de démotivation dans une prochaine newsletter.



Pour étayer ceci, voici le modèle Ikigai bien connu qui met cela en avant.



Pour en savoir plus, vous pouvez aller piocher ici (et traduire facilement sur Internet):




Le livre de Jay Shetty présente un modèle similaire que voici :




Je suis un bon exemple pour cela. En tant que contrôleur de gestion dans les années 2006/2014, j’étais excellente dans les analyses et j’étais une des références de l’entreprise dans l’utilisation d’Excel au sein de mon département chez mon dernier employeur. 




Pourtant, suite à un burnout, j'ai pris conscience que ce qui me mettait en joie depuis toujours portait et porte sur tout ce qui est contact et relations humaines. Et j’avoue combien, de nos jours, je procrastine parfois quand je dois faire ma comptabilité et des analyses de gestion pour ma propre entreprise (vous vous rappelez "le cordonnier..." ;-).

Je me sens tellement plus motivée dans mes actions et ce, de manière pérenne que je ne l’étais dans le passé, même si j'étais douée dans ce que je faisais.

Et bien sûr, la conséquence est que, dans mes activités de coaching et de facilitation, j’apporte tellement plus aux autres avec mon énergie positive et enthousiaste.


Ce qui montre pleinement la différence entre les scénarios I et II de Jay Shetty.


 Aussi voici une réflexion que je vous propose en cette fin d’année : Qu’avez-vous comme activité où vous êtes doué.e et que vous aimez ?


L’important n’est pas forcément d’avoir cette activité comme travail. C’est d’en avoir au moins une dans sa vie. Et la qualité est bien plus importante que la quantité!


10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page